Marcel Duchamp par lui-même (ou presque) PDF

Marcel Duchamp par lui-même (ou presque) PDF

Cependant, l’idée de Readymades ne s’est pas complètement développée avant 1915.


En 1913, Duchamp fait une véritable découverte, celle de la loi anthropologique qui conditionne nos jugements de goût. Elle est simple : pour qu’un objet créé par un artiste devienne un chef-d’oeuvre de l’art, il faut qu’il soit d’abord refusé par une majorité scandalisée de telle sorte qu’une minorité agissante trouve un bénéfice, en termes d’amour-propre, à réhabiliter l’objet et l’artiste.
Plutôt que de transmettre cette découverte par un discours auquel personne n’aurait prêté attention, il décide de prouver cette loi en la mettant à l’épreuve, mais de façon masquée, et c’est ainsi qu’en 1917 fait son apparition dans le champ de l’art une… pissotière.
Il restera alors à Duchamp un problème à résoudre : nous permettre, à nous, aujourd’hui, de comprendre la dimension anthropologique de son acte sous son apparence artistique, et ce sera la mission qu’il confiera à son uvre entier, conçu comme un gigantesque rébus, une machine célibataire où tout est en relation avec tout.
C’est la pertinence d’une pareille lecture, conduite hors cadre et en franc-tireur persuadé, qu’Alain Boton défend dans sa monumentale enquête à travers les « choses » de Duchamp, un « mode d’emploi » exhaustif et libre de ton qui vise à substituer à l’image commune de l’artiste intriguant et joueur celle d’un penseur dont la puissance et la profondeur excèdent les limites de l’esthétique.

En français, cela signifie une pièce de tissu faite de fils tissés, comme un tailleur ferait pour réparer un manteau usé. Pour le meilleur ou pour le pire, Duchamp a transformé la façon dont les artistes créent l’art, les spectateurs voient l’art, les institutions présentent l’art et les écrivains écrivent sur l’art, et ce fait doit être présent dans l’esprit et le travail de tous ceux qui sérieusement s’engager avec l’art produit au siècle dernier. Sa roue de bicyclette renversée montée sur un tabouret, maintenant habituellement présentée comme art, n’était pas conçue à l’origine pour être l’art.-}

Comments are closed.